Accueil

Bienvenue sur notre site internet

 

 


L’édito de Gilles

Gilles Caupin et l’ensemble des Conseillers Municipaux sont heureux de vous présenter le site de Treuzy Levelay.
Vous pourrez y retrouver toutes les informations pratiques sur la commune.

Bonne visite !

 


Redécouvrir Treuzy-Levelay tout au long de l’année 2020

Veuillez trouver ci-dessous le calendrier des territoires, personnalisé pour Treuzy-Levelay qui permet de découvrir notre territoire en 12 thématiques.

Calendrier_


MOTION DE L’ASSOCIATION DES MAIRES RURAUX DE SEINE-ET-MARNE

EAU ET ASSAINISSEMENT – POUR DES AIDES PUBLIQUES À LA HAUTEUR DES ENJEUX

Bon nombre de communautés de communes ont d’ores et déjà intégré l’eau et l’assainissement dans leurs compétences. Les communes exerçant encore celle-ci sont en sursis puisque, dès 2026, elle sera obligatoirement transférée vers les EPCI.

La dure réalité du terrain montre que ce transfert à la hussarde créé de l’iniquité d’une part et des difficultés de fonctionnement d’autre part tout en provoquant des sources de tensions paralysant les objectifs de service public à atteindre.

Force est de constater que le niveau d’équipement des communes est très hétérogène. Certaines communes ont réalisé, pendant des décennies, des travaux d’investissement importants. Elles ont su profiter des aides très conséquentes des Agences de l’Eau, des régions et des départements quand, dans les années 2000, ceux-ci disposaient encore de moyens budgétaires importants dédiés au sein de politiques volontaristes.

Souvent, le budget communal abondait le budget eau, comme la loi l’autorise ce qui permettait de proposer un prix de l’eau accessible tout en mettant en œuvre des démarches pédagogiques en direction des administrés afin d’expliquer en quoi il convenait d’économiser cette ressource et pourquoi les budgets de l’eau et de l’assainissement induisaient et induiraient des investissements très lourds.

Les choix politiques mis en place dans les collectivités sont très hétérogènes. Cette hétérogénéité est un des moteurs essentiels de la difficulté du transfert de la compétence Eau et Assainissement vers les EPCI. Cohabitent aujourd’hui des communes en déficit d’équipement avec d’autres à des niveaux satisfaisants voire très satisfaisants.

Les remises à niveau nécessaires au sein des EPCI nécessitent des investissements colossaux, avec de nobles objectifs comme la préservation, voire la reconquête des masses d’eau, les défis environnementaux et la transition écologique.

La prise en compte solidaire de ces vastes territoires engendre des coûts d’études jamais atteints comme des recrutements de techniciens très qualifiés se substituant inévitablement et fatalement aux élus bénévoles qui s’impliquaient auparavant sur leur territoire communal.

Le prix de l’eau est adapté sur l’ensemble du territoire intercommunal, recettes nécessaires aux investissements. Dans ce processus infernal, certaines communes verraient leur facture d’eau multipliée par 2, 3 voire 4 sans pour autant que des travaux d’investissement ne soient réalisés sur leur territoire. Si l’on considère une consommation de 100m3 par an pour un ménage, celui-ci verrait sa facture annuelle passer de 400€ à plus 1200€ en quelques années.

L’incompréhension est totale et la mesure ne passe pas auprès des citoyens usagers du service.

Deux facteurs sont responsables de cette situation.

Le premier est celui qui a consisté à transférer une compétence sensible d’office et sans étude d’impact préalable alors que les niveaux d’équipement des territoires et les prix de l’eau étaient très disparates.

Le second est la défaillance avérée des financeurs publics. Les Agences de l’Eau participent aux financements mais de plan en plan, leurs aides ont fondu comme neige au soleil.

Les aides publiques ont globalement diminué de 50% en deux décennies.

Les Agences de l’Eau perçoivent, pourtant, des redevances auprès des consommateurs afin, principalement, de financer les infrastructures nécessaires à la sauvegarde et la distribution d’eau potable ainsi qu’à l’épuration des eaux usées. Les Agences de l’Eau devraient donc disposer de recettes suffisantes afin d’aider les EPCI à assumer de manière acceptable leurs responsabilités, sans faire peser directement sur les usagers la démesure financière de ces actions.

Ce qui relève du bon sens bute sur les prélèvements de l’État qui ponctionne annuellement environ ½ milliard d’euros aux Agences de l’Eau ! Cette disposition est surréaliste, inacceptable et malhonnête. Les redevances perçues doivent aller où elles sont originellement prévues et non à boucher quelques trous dans le budget de l’État.

L’État, dans son rôle d’instigateur de la transition écologique doit assumer ses responsabilités et, dépassant ses contradictions, revenir à plus de cohérence en aidant ses territoires partenaires à aller de l’avant en intégrant les retombées sociales et économiques pour les citoyens usagers des services de l’eau.

Nous exigeons que l’État, au travers de ses Agences de l’Eau, ajuste les aides financières à un niveau acceptable, en direction des EPCI et des communes exerçant la compétence Eau et Assainissement afin d’en diminuer sensiblement l’impact sur les populations.

Nous portons également une proposition novatrice. Le renouvellement des conduites d’eau potable comme celui des réseaux d’assainissement et des STEP ayant un impact très important sur l’économie de la ressource et la préservation des milieux naturels, l’État doit agir afin d’obtenir qu’une part des crédits européens fléchés pour l’environnement, soit 1000 milliards, permette aux EPCI de renouveler leur réseau sans provoquer une nouvelle crise sociale.

Les élus de proximité que nous sommes percevons mieux que personne la violence sociale et l’assommoir économique sur nos populations causées par un prix de l’eau inexplicable et insupportable. La crise des Gilets Jaunes nous a appris que l’empilement des taxes fait le terreau de la défiance des politiques publiques. Nous nous refusons à mettre en œuvre des politiques qui, si l’objectif est vertueux et incontournable, accableraient nos concitoyens et altèreraient encore notre construction démocratique.


Transport à la demande CCMSL

À partir du 3 février prochain, un nouveau service de transport à la demande desservira les communes situées dans la zone rurale du territoire communautaire.

Vous pouvez  télécharger le flyer général avec les informations relatives aux autres communes sur le site internet de la CCMSL :

https://www.ccmsl.fr/cadre-de-vie-et-transports/transports/tad.html


Soyez Informé Prévenu Alerté

 


TRAVAUX DE VOIRIE

La rue de la vigne aux vieux restant fermée à la circulation :

      • l’arrêt provisoire des cars au carrefour de la croix bonnard sera maintenu pour les lignes 9A et 18C.
      • l’arrêt des cars desservant l’école primaire de Levelay sera maintenu au rond-point du clos du vel. Nous sommes bien conscients de la gêne occasionnée, et comptons encore sur vous pour les travaux restants. Nous restons, bien entendu, à votre disposition pour répondre à toutes questions que vous souhaiteriez poser.
      • Les travaux sur la rue de la vigne aux vieux (puisards eaux pluviales, bordurage, trottoir, restauration de la couche de roulement) sont programmés du lundi 6 janvier 2020 au 28 février 2020.
      • Les services postaux reprennent leur cours normal. Les horaires de ramassage des ordures ménagères restent ceux actuellement en vigueur tant que les travaux dans la rue de la vigne aux vieux ne sont pas terminés.

DEFI ENVIRONNEMENT

La 5ème édition du Défi pour l’Environnement « Le CleanUpDay des 6, 7 et 8 mars 2020 » ouvert à toutes les initiatives, privées, publiques, associatives… ! Une nouvelle bannière pour l’édition 2020 … Le DEFI POUR L’ENVIRONNEMENT consacré au nettoyage de la nature, s’ouvre à de nouveaux thèmes : la sauvegarde de la Biodiversité, la protection des Forêts, les concours pour la Jeunesse, l’Information… Pour que chaque composante puisse se reconnaître, nous avons choisi une nouvelle bannière plus ouverte et plus rassembleuse.

Donnons-nous rendez-vous pour « le grand nettoyage de printemps » des 6, 7 et 8 mars 2020 Notre détermination à lutter contre les incivilités qui portent atteinte durablement à notre environnement, à notre santé et à notre alimentation, se renforce grâce à la mobilisation citoyenne grandissante. Nous sommes de plus en plus convaincus que c’est par ce type de mobilisation en masse, autour de deux grandes dates annuelles :

▪ Un CleanUpDay en mars ou « le grand nettoyage de printemps » et,

▪ Le Word CleanUpDay de mi-septembre, que nous parviendrons à sensibiliser et à faire adopter les mesures nécessaires pour mettre progressivement fin à cette situation.

Ces opérations seront complétées par d’autres, ciblées sur la biodiversité, la forêt, l’information des enfants, des parents et grands-parents à ces enjeux tout au long de l’année. Une action ouverte à toutes les initiatives, privées, publiques, associatives, etc. … Comme en 2019, l’opération de nettoyage de la nature, action citoyenne, sera à nouveau fédératrice d’initiatives : associations, particuliers, écoliers, collégiens, lycéens, étudiants, enseignants, collectivités, entreprises, … le grand nettoyage de printemps, le CleanUpDay, c’est notre action pour la protection de la Nature.

Pour organiser un nettoyage dans votre secteur ou simplement participer, rendez-vous sur le nouveau site : https://defipourlenvironnement.org